Fête cantonale de lutte: 250 jeunes fribourgeois participent

Reportage de “La Télé” du 4 mai 2016 concernant la fête cantonale de lutte suisse Le Mouret 2016, dont j’ai eu le plaisir d’être le président du comité d’organisation.

 

MESSAGE DU PRÉSIDENT DU COMITÉ D’ORGANISATION

Chers garçons lutteurs,
Cher-e-s ami-e-s de la lutte suisse,

En 2016, Fribourg aura la chance et le privilège d’accueillir la Fête fédérale de lutte suisse. Nul doute que cette fête créera un engouement sans précédent dans le canton de Fribourg pour un évènement sportif, qu’on se le dise: 2016 est l’année de la lutte suisse !

La lutte suisse, en plus d’être un sport, est un véritable état d’esprit. C’est ainsi une belle allégorie pour notre canton: la tradition de ce sport ancestral se complétant judicieusement avec le modernisme d’un sport de compétition exigeant. L’état d’esprit de la lutte suisse se résume par ces mots : tradition et sport ; compétition et fair-play ; valeur et respect. C’est dans cet état d’esprit que le club des lutteurs de la Haute-Sarine vous souhaite la bienvenue à cette Fête cantonale 2016 des jeunes lutteurs et espoirs, ici au Mouret.

Au nom du comité d’organisation, je remercie les généreux sponsors et donateurs, tous les bénévoles, les écoliers de la Haute-Sarine, la commune du Mouret ainsi que tout ceux qui ont, de près ou de loin, contribué à la réussite de cette fête cantonale de lutte suisse.

Chers jeunes lutteurs, vous êtes les « couronnés » de demain. Nous vous souhaitons bonne chance, que la fête soit belle.

Vive le Mouret 2016 et vive la lutte suisse !
Nicolas Kolly, député, Président du comité d’organisation

 

Plus d’info: www.lemouret2016.ch

Articles

Le Grand Conseil censure le Peuple

COMMUNIQUE DE PRESSE de l’UDC Fribourg du 18 mars 2016

L’UDC du canton de Fribourg a pris acte avec consternation de la décision du Grand Conseil d’invalider l’initiative populaire « Contre l’ouverture d’un centre Islam et société à l’Université de Fribourg : non à une formation étatique d’imams ».

Cette décision est scandaleuse et constitue un déni de démocratie sans précédent dans notre canton. L’UDC rappelle que l’initiative était rédigée en termes généraux, ce qui aurait permis, en cas d’acceptation, de rédiger un texte conforme aux exigences légales. Par cette invalidation, le Grand Conseil reconnaît un droit absolu à la mise en place d’une formation étatique d’imam.

La grande culture démocratique qui a forgé notre canton jusqu’à ce jour aurait voulu que l’adage « in dubio pro populo » soit retenu, et que les 8734 signatures à l’appui de cette initiative ne soient simplement mises à la poubelle. Ainsi, l’avis de deux juristes aura privé des milliers de fribourgeoises et de fribourgeois de donner le leur…

L’UDC est d’avis que cette décision constitue un dangereux précédent. Une société dans laquelle on ne laisse plus le peuple s’exprimer est une société qui va mal. Il est ainsi parfaitement choquant que la plus haute autorité de notre canton – le peuple – se voie privé de l’exercice de son droit premier, celui de s’exprimer.

L’UDC continuera de s’opposer au centre islam et société et restera particulièrement vigilante à son développement. L’UDC analysera également la possibilité de recourir contre cette décision auprès du Tribunal fédéral.

Articles